Editorial de Décembre 2014

S'ACHARNER A VOULOIR VIVRE !

Souvent j'avais entendu ma mère décréter, en hochant la tête : « Faudrait une bonne guerre, tu comprends ! Les gens sont trop gâtés ! »

Je ne répondais jamais. Je n'avais pas l'habitude d'entreprendre des discussions avec ma mère. D'ailleurs cela se passait entre 1950 et 1970. Après, elle dormait beaucoup. Elle ne disait plus trop rien. Quant à moi, réformer le monde, c'était pas vraiment mon truc. Il y avait ceux du café du commerce, d'un côté, qui le réformaient en trinquant, ou en sirotant leur petit noir. Les énarques qui le réformaient en légiférant. Ou en faisant légiférer. Ce qui revient au même. Et puis les philosophes qui le réformaient à la faculté. Ou dans les bouquins. Ou dans les conférences.

Mais depuis que la loi Léonetti, lentement, mais sûrement, se modelait et se remodelait à grands renforts de sédatifs, je me reposais parfois la question.. Est-ce que nous n'étions pas un peu nombreux sur cette planète dont l'horizon se rétrécissait à vue d'oeil ? Un peu trop à l'étroit, bientôt ? Entre le niveau de la mer, qui gagnait du terrain, la mer d'Aral qui s'asséchait, les îles de plastique au milieu de l'océan, juste assez souples pour étouffer les poissons, et un peu trop molles pour se transformer en terrain constructibles, entre les promoteurs qui construisaient en zones inondables, les chinois qui bientôt nous envahiraient – et étaient d'ailleurs présentement en train de le faire – les bébés qui voulaient naître à tout prix, fût-ce dans le ventre des mères porteuses et à tous les prix – et les vieux qui s'obstinaient à devenir centenaires, nous allions où, au juste, à ce train-là !? Au Moyen-Âge, on mourrait à 50 ans. Bon, un peu tôt tout de même, faut dire ! Mais de là à devenir centenaire, vous voyez l'écart !? Je ne dis pas qu'on devrait réunir les estropiés, les malades, et les croûlants, dans de grandes bennes, pour les emmener à l'abattoir, ce serait quand même exagéré. Le film Soleil Vert, il y a quelques décennies, il était plutôt méchant – et fort inquiétant. Heureusement, il ne s'agissait que de Science Fiction, et (merci mon Dieu), on n'est pas prêt de transformer de la chair humaine en petite tablettes nutritives de jolie couleur verte. Mais enfin, pourquoi ne pas appeler un chat un chat !?

S'acharner à faire vivre à tous prix !? D'ailleurs c'est défendu maintenant ! La loi le dit bien ! »pas d'acharnement ». Et si vous ne savez pas ce que vous devez faire à partir d'aujourd'hui, c'est que vous avez les oreilles très bouchées...Avez-vous placé dans votre porte-feuille ou dans votre coffre-fort, ou à la banque, ou sur votre cœur, ou dans toutes les  poches de tous vos costumes, ou dans votre sac à main, le fameux billet... !? Vous savez bien ! Celui qui dit que vous renoncez à vouloir vivre si vous êtes trop patraque. A quel degré de « patraquerie » faites-vous allusion !? Ben c'est simple, quand même, non !? Si vous faites pipi et caca dans la culotte, bavez sur votre chemise, ne pouvez plus tenir votre cuillère dans la main, bégayez au lieu de parlez, avalez de travers à chaque bouchée, et emmerdez votre entourage, de ce fait, plus qu'il n'est permis de faire – et que de surcroît vous ne pouvez ouvrir votre bouche – possiblement édentée – que pour proférer d'horribles râles, au lieu de dire : »je veux mourir, qu'on en finisse à la fin ! », comprenez que c'est quand même difficile pour votre entourage de ne pas essayer – ou au moins de faire semblant – de vous tenir la tête hors de l'eau ! Et pas qu'un jour, si vous avez le cuir coriace ! Et comme en plus vous ne pourrez même pas vous suicider, faute de muscles, et d'irrigation de votre cerveau pour vous donner un peu de punch, pour ce geste libérateur, vous n'avez qu'à écrire (comme Gainsbourg l'aurait fait ») : « Suicidez-moi !! ». Enfin, je veux dire : «  tuez-moi légalement ». Enfin, je veux dire « sédatifiez-moi ».

Les patchs de scopolamine, collés derrière l'oreille, vont vous empêcher de vous étouffer dans vos râles pendant que vous mourrez. D'ailleurs, avec eux, vous n'avez plus ni faim ni soif, vous êtes au paradis sur la terre. Et puis il existe à présent bien d'autres mixtures aux mêmes fins, et encore plus pratiques. Plus besoin de manger et de boire pendant ce temps-là. Et ça va vite. En quelques jours, vous êtes passés, comme une fleur, de l'autre côté du chemin. Sereinement. C'est moi qui vous le dis. Si vous ne me croyez pas, c'est que vous êtes de mauvaise fois. Bon, d'accord, ça dure quand même quelques jours. Parfois même un peu plus. Alors que pour les chiens, les chats et les chevaux, une seule piqure, et hop, c'est bon...Nous n'en sommes pas là, certes. Laissons quand même évoluer les choses...

En attendant, je vous le recommande, pensez au fameux billet placé à la bonne place, et à remettre ou faire remettre à qui de droit lorsque vous serez en danger de mort. Vous commettrez un acte civique qui arrangera tout le monde, vous le premier.

Et surtout ne soyez pas farceur au point d'écrire sur votre billet : « JE M'ACHARNE A VOULOIR VIVRE ». Cela s'appellerait un manque de tact évident, après tout le mal que se donnent nos autorités pour notre bien général !


     La Présidente de Cancer Espoir
     Simone
P.S. : Mais que je n'oublie pas de vous souhaiter - à toutes - et à tous - plein de bonnes choses pour 2015 : pas trop de train-train quotidien qui vous présente la vie dans sa grisaille uniformisée - du positif autant qu'il faut pour vous redonner du mordant et de l'espoir - du négatif aussi peu que possible, et, si malgré ces souhaits, il devait se présenter à vous, ce négatif, tel un spectre méchamment farceur, au détour du chemin, alors, je vous souhaite de savoir le neutraliser, ce vilain, en étant encore plus farceur - farceuse - et déterminé (ée) que lui !!

Ajouter un commentaire