Éditorial de Septembre 2016

POKEMON KEKCEKSSA

Ben oui, j'admets – manque total d'érudition – paresse d'esprit - manque d'ouverture aux nouveautés – vieux jeu – empêcheuse de pokémoner en rond !! Non seulement je déteste les portables mais voilà qu'en plus je deviens trouble-fête à propos de ce si réjouissant jeu qui paraît-il passionne petits et même plus grands – et beaucoup plus grands – jeunes – vieux – et bientôt centenaires – et qui fait la joie des radars et autres agents de surveillance des infractions en voiture. Et donne aussi matière à notre journal quotidien d'en prôner – à défaut des bienfaits prouvés – du moins l'effet fédérateur -  sur quasi une page entière – alors que notre anthropologue – philosophe et sociologue Paul Jorion n'y a eu droit, aux dernières nouvelles, qu'à un petit quart de page pour son livre qui vient de paraître  :

Le dernier qui s'en va éteint la lumière*.

 

Il est vrai qu'il nous annonce – tac – emprunt du calme et de la froideur qui conviennent à tout raisonnement logique – l'extinction de l'humanité – précisément pour : pas plus tard que  dans cent ans. Mieux vaut quand même s'étourdir à jouer au Pokémon et pendant ce temps-là, oublier tout le reste, vous en conviendrez, non ? Surtout que Paul Jorion n'est quand même pas facile à lire pour le commun des mortels. En plus, il parle de Hegel et de Nietsche... Et il nous prédit le règne absolu des machines pour dans pas bien longtemps...Au fait, le téléphone portable est-il une machine ? Dans ce cas – franchement – réfléchissez un peu – cette « machine », déjà – ne conditionnerait-elle pas notre comportement quotidien ? L'autre fois, Marité, à la caisse de mon hyper préféré (Marité a cinquante ans mais ne les fait pas...), s'était mise à quasi-engueuler l'une de ses copines qui se pointait de l'autre côté de la caisse – comprenez côté client :

 « Tu vas fermer ton mobile, oui !? Je n'supporte pas !! »

 Du coup, la copine :

 « Mais  j'ai pas d'téléphone, j'arrangeai ma boucle d'oreille » !

 Marité : 

« Ah bon, parce que je n'supporte plus – mais vraiment plus » !

 Et comme, de plus, c'était mon tour, occupée à tout ranger dans le caddy, je pris une profonde inspiration -  ouahhh  (Comme ça me faisait du bien de respirer de cette façon-là !...) et, tout de go :

« Ouoohh, comme ça m'fait du bien d' vous entendre dire ça » !

Marité :

« Ah oui, Mme Schlitter (elle me connaît depuis le temps...), ah oui, j'en ai marre de les voir-là, c'est d'une impolitesse...renversante !

 

J'admets être un peu injuste avec ces...machines...(sans guillemets à présent - si vous voulez bien) qui dominent – c'est un fait – le comportement quotidien de tout être dit civilisé – ou presque – Pratiques, non !? N'avez-vous pas envie de faire un sourire à une personne de votre connaissance qui passe dans la rue : regard droit devant, la main à l'oreille, tenant l'objet de communication indispensable qui permet d'empêcher de s'entretenir avec les présents, mais au contraire de le favoriser avec les absents, ces productions sophistiquées permettent de vous déconnecter d'ici pour vous placer ailleurs. Si vous êtes flic, aussi, vous pouvez suivre à la trace tout prétendu coupable, où qu'il aille. Et même sans être flic, pour peu que vous soyiez curieux (euse) voire jaloux (ouse), il y a de quoi dresser l'emploi du temps détaillé, heure par heure, de qui vous savez...

 

Sans compter la panne en voiture qui va vous permettre d'appeler au secours, au bord de l'autoroute – « ah – vous voyez bien, Mme Schlitter, qu'ils sont utiles, ces engins ! » – Eh oui, ils sont utiles – aussi – c'est pourquoi j'en possède un – mais jamais branché -

Mais que je n'oublie pas d'autres avantages : ils contribuent à la Croissance. Avec un grand Cé. Tiens, j'y pense : croissance comme Croââ...et qui dit croâah pense corbeau - et le corbeau, n'oublions pas, c'est un rapace – Comme la croissance ? Ouh lahhh, ça va chercher loin, ça !

Et justement, Paul Lorion est totalement contre cette croissance-piège qui nous mène droit dans le mur -  selon lui -

Pourquoi ils contribuent à la croissance ? Ben comme tout ce qui est jetable, ma foi !

 

Mais j'en reviens au Pokémon. C'est un jeu. Comme le grattage...Vous connaissez ? Bien sûr. On est à la page ou on ne l'est pas ! Po-ké-mon – Plus élaboré encore que le grattage...oh beaucoup plus, même...Il n'y a pas que les doigts qui bougent – tout le corps – et même la cervelle - Un jeu – 

 Comme plein d'autres. Mais plus populaire encore. Plus fé  dérateur - Jouez-jouez  - courez – courez … Dans la fable de La Fontaine, la fourmi dit bien : « Dansez ». Et André de Vera, dans sa superbe adaptation de la fable, dit bien, en paroles et en musique : « Dansez – dansez » ! Huit fois, exactement. C'est l'été. Le temps des cigales. N'attendez pas l'hiver pour jouer au POKEMON. En pensée je vous accompagne. Je suis devenue spécialiste, dans la vraie vie, pour danser, à l'instar de la cigale, sur la petite scène de la troupe des Barbies Turique-et-Rac du théâtre de Cancer Espoir. (Petite pub en passant...)

 

 

* : je parlerai très prochainement du livre de Paul Jorion dans la  rubrique J'AI LU POUR VOUS, sur ce présent site.

Ajouter un commentaire