Explications très incomplètes de Mr le Maire de Zoufftgen à propos du risque de dépôt de déchets inertes

Pour suivre l'avancée de notre pétition, jour après jour, contre ce projet, veuillez cliquer sur ce lien.

Concernant l'article du RL paru le 16-11-2015 à la page 9

De chets inertes rl maire image

Ce que Mr le Maire dit :

Que le projet de stockage de déchets inertes, tel que formulé officiellement, dans un dossier déposé en préfecture, n'aboutira pas ! Mr le Maire ne nous apprend rien, puisque la préfecture nous a informés de cet état de chose, il y un moment déjà...et que nous mêmes en avons informés la population.

 

Ce que Mr le Maire ne dit pas : 

C'est qu'il n'y a pas besoin de dépôts de dossiers ni de demandes d'autorisation quelconques pour que des propriétaires de terrains aient le droit automatique de déposer sur leurs terrains des déchets dits inertes sur 2 m de hauteur (à la condition qu'on ne puisse pas prouver qu'ils soient polluants ou toxiques). Que ceci s'est déjà concrétisé à Zoufftgen il y a quelques années. Que le passage de camions fut intensif et sur une durée de pratiquement un an. Que cela risque de prendre beaucoup d'ampleur, car le BTP est de plus en plus en manque de terrain pour déposer ses déchets de démolition, prêt à payer le prix pour en disposer,  et  les propriétaires de terrain de moins en moins agriculteurs exploitants.

 

Que demain il peut y avoir légalement  sur notre commune – et beaucoup d'autres communes jusqu'à présent rurales – des dépôts de déchets inertes baptisés « rehaussements de terrains » ou « amendements de terrains. Entraînant pour la population des passages de camions pollueurs, destructeurs de route, dangereux, et bloquant de plus une circulation déjà difficile sans cela pour les usagers frontaliers. Et qu'après-demain les nappes phréatiques n'en sortiront pas forcément indemnes. Et le patrimoine immobilier non plus !

 

Pour un « petit » terrain de 4,5 ha, cela entraînera mathématiquement le passage de 9000 camions, et pour 45 ha ( et c'est loin, de représenter tout le ban de Zoufftgen...), cela fera 90 000 camion :

2 m x 450.000 m2, avec 10 m3 par camion...

 

Ce que Mr le Maire dit :

Que la SNCF ne pourrait autoriser le passage de moult camions au niveau du passage à niveau n° 11 classé comme dangereux.

 

Ce que Mr le Maire ne dit pas : C'est que ce n'est pas le rôle de la SNCF, sur le ban d'une commune,  d'autoriser ou non le passage de camion ou le contraire! C'est au Maire à INTERDIRE ce passage ! Car dès l'instant où ce passage à niveau est ouvert, les camions, quels qu'ils soient, ont automatiquement le droit de passer. Par contre, la SNCF peut fermer ce passage à niveau. Mais dès lors les agriculteurs ne pourraient plus l'emprunter pour aller cultiver leurs champs.

 

Ce que Mr le Maire ne dit pas non plus :

C'est qu'un arrêté municipal peut interdire les rehaussements de terrain. Et qu'il peut aussi interdire le passage de camions au-dessus d'un certain tonnage. Les nombreux petits transports de matières étant trop paralysants et coûteux en main-d'oeuvre, le BTP ne s'y intéresserait plus.

 

Pourquoi Mr le Maire n'adopte-t-il pas l'une de ces solutions, simples, au lieu de ne rien faire ? Notre pétition continuera aussi longtemps que le risque ne sera pas neutralisé !

Ajouter un commentaire