Les dernières nouvelles, exposées par la Présidente

Pour suivre l'avancée de notre pétition, jour après jour, contre ce projet, veuillez cliquer sur ce lien.

Rappel d'une partie des faits :

Mr le Maire et Président de la CCCE nous écrivit une lettre datée du 24 novembre 2015 dans laquelle il ne nous apprend rien, et semble ne pas comprendre notre sujet d'inquiétude. Nous avons évidemment répondu à cette lettre, et le tout est visible ici... (l'un des titres du sujet traité en p.d'accueil sous environnement) :

27 Novembre 2015 Mise au point à de nouvelles affirmations pas aussi rassurantes qu'elles ne voudraient le paraître

Dans sa lettre, Mr le Maire et Président de la CCCE nous entretient en particulier du dépôt d'une motion votée dans un désir de protection par le conseil municipal.

Sachant qu'une «  motion «  n'a rien d'un arrêté, donc d'une loi municipale, mais est simplement un vœu officialisé, je ne m'étais pas empressée de courir la lire au tableau d'affichage où elle était censée informer le public – dont moi – étant entendu que ce n'est pas ma qualité de pétitionnaire ni de Présidente d'une association de malade qui doit inciter spécialement Mr le Maire – fort occupé par ailleurs, à prendre la peine de m'en envoyer copie. Ce qui fait que, passant par la mairie ce jourd'hui, pour le 2è tour des élections, j'en profitai néanmoins pour poser la question ouvertement aux conseillers présents : où était donc affichée cette motion devenue invisible...Mais personne ne savait rien. Curieux tout de même que des conseillers ayant voté cette motion ne s'en « rappelassent » plus !! Le même jour, j'obtins tout de même une information...(en bon journaliste, je ne dénoncerai pas mes sources) :

 

 Ce jour-là, une réelle inquiétude s'était manifestée lors du conseil municipal, et des questions avaient été posées concernant ce gros risque de passage de camions. Une motion avait été effectivement votée (nous n'avons en fait jamais soupconné Mr le Maire d'affirmer des contre-vérités – simplement il conviendrait que la gravité des risques ne soit pas occultée !)

 

A noter qu'une « motion » est un terme mal connu du grand public. Que souvent les non-familiers des lois la confondent (et c'est grave!) avec un arrêté... Un arrêté est une loi...une motion un vœu...et il y a loin de la coupe aux lèvres.

 

En effet, d'ailleurs, un certain agriculteur s'opposa à un arrêté dans ce sens, avançant le fait que cela pourrait porter préjudice au passage de certains engins agricoles. Nous finirons par savoir quel était le tonnage précisé dans cette motion. (Mr le Maire, très concis dans ses paroles - à l'inverse du Président de la CCCE, lequel nous a sur une page entière du Républicain Lorrain, présenté complaisamment les belles réalisations de la CCCE, n'ayant pas daigné dans sa lettre se voulant rassurante, nous en préciser ce tonnage).

 

Nous sommes en train de nous informer plus précisément sur la pertinence de cet argument : préjudice pour certains engins agricoles. Il nous semble en attendant tout à fait évident qu'il soit permis à un maire de préciser sur un arrêté : « sauf pour engins agricoles ». C'est l'enfance de l'art...Mais mais...un mauvais sort empêche toujours et encore Mr le Maire de prendre un arrêté dans le sens désiré.

 

En admettant l'argument pertinent, Mr le Maire n'ignore pas qu'il lui suffirait d'un arrêté interdisant les rehaussements de terrains – sauf sur quelques ares destinés à des constructions d'habitation ou d'autres locaux, et la population serait tranquille. Mais là encore Mr le Maire ne semble pas entendre d'autres arguments que ceux « qui empêchent ».

 

Nous espérons, après les fêtes, pouvoir vous donner de meilleures nouvelles.

En attendant, d'ores et déjà, meilleurs vœux à tous ! Et bonnes fêtes.

 

P.S. : copie de ces « dernières nouvelles » transmises en mairie et à TOUS les conseillers municipaux

 

Rappel de certains faits, en réponse à une question qui m'a été posée aujourd'hui :

Nous avons été reçus à 2 personnes par Mr le Maire, il y a quelques mois, pour discuter de ce danger. A noter que, quels que soient les propriétaires de terrains privés, et quels que soient les dépôts de déchets inertes – autorisés OU NON au départ – c.à.d. soumis OU NON à dépôt de dossier en préfecture, le danger de passages de camions à ces fins de dépôts est d'autant plus grand que des dépôts ne dépassant pas 2 m de hauteur ne sont tenus à AUCUNE DECLARATION NI DEMANDE D'AUTORISATION... ce n'est donc nullement une raison pour nous d'abandonner notre inquiétude que d'apprendre que le projet d'origine de M.Wolf ne peut aboutir, puisque celui-ci, en tant que création d'une ISDI (à caractère donc industriel) n'était pas autorisé par le PLU de la commune. Une quarantaine d'hectares de dépôts sur 2 m de haut risquant d'entraîner plus d'inconforts pour la population qu'un terrain de 4,5 ha même avec ISDI ! C'est tellement évident qu'il est permis de se demander si Mr le Maire et Président de la CCCE ne s'est pas un peu moqué de moi de vouloir me rassurer avec cet argumentaire...

Ajouter un commentaire