Zoufftgen - les camions - les trains

Pour suivre l'avancée de notre pétition, jour après jour, contre ce projet, veuillez cliquer sur ce lien.

Notre Lettre à la SNCF:

 

                                                                     Zoufftgen, le 19-10-2015

 A Mr le Directeur Régional de la SNCF 

1, rue Henry Maret 

BP 10 591 

57010 METZ CEDEX 01 

 

Objet : 

passage à niveau de la rue des Peupliers à Zoufftgen 

près de l'ancienne gare : 

Signalisation d'un danger potentiel 

Lettre Recommandée avec AR 

         

                    Monsieur le Directeur, 

 

Je crois bon de vous rendre attentif à un projet qui se dessine, qui n'apporterait rien de bon aux Zoufftgenois, et qui de surcroît présenterait, s'il était réalisé, un danger potentiel au niveau du passage à niveau cité en marge. C'est pourquoi il me semblerait bon que vous attiriez l'attention de Mr le Maire sur l'opportunité de rendre, par un arrêté municipal adapté, ce projet impossible. 

 

Je réside tout près de ce passage à niveau, aux n°1 et 2 de la rue des Peupliers. Je suis doublement concernée : en tant qu'habitante, et en tant que présidente de l'Association Cancer-Espoir, dont le siège est dans ma maison, et dont l'un des principaux objectifs est la prévention contre le cancer, et l'éducation à l'hygiène de vie. 

Un propriétaire de terrain a déposé un projet pour l'aménagement de ce terrain, situé sur le ban de Zoufftgen, et bordant la A 31 (voyez sur plan joint). Il projetait une installation de stockage de déchets inertes, et nous en avons été informés par le panneau obligatoire posé à l'endroit concerné. Nous avons appris par la préfecture que ce projet ne pouvait être réalisé, car le POS de la municipalité l'interdit. 

 

MAIS : le propriétaire est libre de faire apporter des déchets dits inertes sur son terrain, si leur hauteur ne dépasse pas 2 m. Les camions, jusqu'à nouvel ordre, passeraient sur le passage à niveau en question. 

En fonction de la grandeur du terrain (environ 4,5 ha, sur 2 m de haut, à raison de camions de 10 m3, cela ferait 90 000 m3 divisés par 10, soit 9000 passages de camion. Sans calcul de tassements. Sinon cela en ferait 10 000. 

 

Ce qu'il faut savoir de plus : 

* Il y a environ 4 ans, des camions similaires passèrent, en grand nombre et sur une longue période, pour combler un dénivellement important du champ d'un agriculteur. Le passage à niveau en question n'était pas encore « refait »...heureusement...sinon, il eut convenu de le refaire une fois de plus. A présent, il 

faudra peut-être bien envisager, si le projet se réalise, de le « refaire », néanmoins, une fois de plus... 

* Cela créa un précédent dont, au départ, n'étant pas avertie, la population n'eut pas la prescience de l'inconfort qui en résulterait, (bruits, poussière, danger...dégâts aux routes, etc.), et dès lors ce précédent se créa sans contestation ou opposition, à l'époque. 

* Actuellement, la population de Z a doublée. Non seulement les camions vont extrêmement encombrer la circulation aux heures de pointe, avec les frontaliers se dirigeants vers le Luxembourg, alors que celle-ci bouchonne déjà très fâcheusement plusieurs fois par jour, mais ils vont de plus représenter un danger pour les piétons, les enfants, et au niveau de vos 2 passages à niveau, éloigné d'env. 700 m, l'un, permettant l'entrée à Z par Kanfen, et l'autre, près de chez moi, permettant l'accès aux champs. Personne ne peut savoir si une telle multiplication d'engins, souvent aux mêmes heures, ne va pas constituer un blocage dans une zone réellement stratégique, avec 2 tournants en épingle à cheveux, et un arrêt de bus à proximité. Imaginons simplement le blocage du chemin des champs (prolongation de la rue des Peupliers) par temps de gel ; Les camions ne peuvent plus avancer ni reculer, et bloquent le passage à niveau. On fait quoi !? 

* Les terrains pour les dépôts de déchets inertes du bâtiments manquent de plus en plus, car les BTP démolissent « à tour de bras ». Ils sont prêts à payer cher pour le dépôt de ces déchets. Et le propriétaire d'un champs pas très productif, ou lui-même peu enclin ou dans l'impossibilité d'en tirer profit par la culture, sera toujours tenté d'accepter les marchés que lui proposeront les entreprises de BTP, voire de les solliciter. Si donc rien n'est fait pour entraver ce processus, de plus en plus d'agriculteurs vont s'engouffrer dans la brêche du précédent créé à l'époque, et encouragé si l'actuel projet aboutit... 

 

Or il aboutira forcément si Mr le Maire ne trouve pas de solution pour s'y opposer. Or les solutions existent : 

* interdire, par arrêté municipal, les rehaussements (ou creusements) de terrains 

* interdire sur ce passage à niveau le passage d'engins de plus de 19 Tonnes (ce qui permettrait aux engins agricoles de circuler, mais cela se bornerait à cela) 

* Peut-être existe-t-il d'autres solutions également... 

 

Notre association a entrepris une pétition pour s'y opposer, nous avons collecté 262 signatures, il nous reste à contacter encore beaucoup de personnes, le nombre d'électeurs de Z s'élève à un peu plus de 500 électeurs. Notre score tourne à plus de 90 % de signatures des personnes réellement contactées. C'est long, car beaucoup sont absents lors des passages. Mais très significatifs. 

 

Nous avons discuté avec Mr le Maire, lequel ne semble pas approuver notre démarche, me traitant d'alarmiste. Néanmoins nous nous estimons dans notre bon droit, et jugeons salutaire l'action entreprise. 

 

Nous ne doutons pas que ce problème, qui d'ailleurs n'a jamais échappé à votre attention, (mais dont forcément vous ignorez le danger ACTUEL qui se précise) vous préoccupe. 

 

Nous aimerions que vous puissiez intervenir auprès des autorités compétentes pour les rendre attentives...et agissantes...à propos de dangers potentiels qui pourraient être neutralisés, avec ce qu'on appelle « une réelle volonté politique ». 

 

Je vous remercie de m'avoir lue attentivement. 

 

La Présidente-Fondatrice de Cancer-Espoir 

Simone SCHLITTER

Ajouter un commentaire